Lettre d’une infirmière: A quand la violence aux hôpitaux?

94

Menaces de mort, attaque au couteau, agression.. nombreuses sont les formes de violence auxquelles on est exposé lors de l’exercice de notre profession, tous les jours.

En plus du stress quotidien qu’on doit subir, de l’effort qu’on procure chaque jour pour convenir le plus parfaitement possible à assurer le bon déroulement des soins, des conditions de travail inconciliables et révoltantes, un autre facteur vient de s’ajouter à cette liste non exhaustive des difficultés qu’on endure quotidiennement: la violence.

Longues files d’attentes, urgences surchargées, patients soignés au couloir, accompagnants non satisfaits.. On est toujours en première ligne. On est confronté aux plus pires des insultes, des menaces de mort et des agressions. On est toujours à votre disposition, jour et nuit.. Pendant que la majorité des gens dorment à poings fermés, on veille à vous assurer le maximum de confort, à apaiser votre douleur, à sauver des vies.. Mais pas risquer la nôtre!

C’est vrai.. C’est notre boulot de prendre soin de vous! Mais sachiez que nous vivons dans le stress. Savez-vous qu’est ce que ça veut dire stress pour nous? C’est loin d’être un stress ordinaire, quand vous prenez soin d’un patient et que d’une minute à l’autre tout peut déraper.. On est parfois au bout du rouleau! Mais malgré le manque de personnel , la charge de travail toujours plus importante, le manque de reconnaissance de la hiérarchie et des patients, le manque de respect.. nous restons toujours motivés pour exercer notre métier.

Partages 0

Laissez un commentaire