La carte vitale 2.0 : un pas de géant pour la médecine numérique et la recherche médicale

1001

C’est peut être l’idée la plus ingénieuse de l’année dans le domaine de la santé : la start-up française InnovSanté vient de créer un passeport de santé numérique international qui permet à cette jeune entreprise de recevoir le titre de la start-up de l’année 2016.

Adnan El Bakri, interne en chirurgie urologique et fondateur du projet, vient de remporter les Innovact Awards pour être hébergé et accéléré par l’incubateur rémois soutenu par de nombreux acteurs économiques.
thumbnail_Capture d’écran 2016-08-01 à 16.47.54
 Grâce au prix de la start-up de l’année, il va pouvoir développer sa startup InnovSanté, des projets qui, en terme d’économies de santé publique, s’annoncent très prometteurs.
« Nous allons pouvoir faire des économies de santé publique de l’ordre de 5% du budget de l’assurance maladie qui est aujourd’hui déficitaire de 7 milliards, ce qui permet de générer plusieurs centaines de millions d’euros sur une seule année en réorganisant intelligemment le parcours de santé des patients » détaille Adnan El Bakri.

C’est en partenariat avec le CHU de Reims où il exerce, qu’Adnan El Bakri compte amorcer ses projets ambitieux, des innovations pour optimiser le parcours du patient par le numérique. Finis papiers et feuilles rabougries. Bonjour technologie! Bonjour e-santé! Grâce à cette carte, contenant les données du patient, les médecins et le personnel soignant gagneront en temps et en efficacité lors de la prise en charge d’un patient notamment en cas d’urgence.

On n’est pas entrain de faire la promotion d’un film de science fiction! C’est un vrai projet qui est entrain d’être concrétisé par la start-up rémoise, qui a été couronnée par un tas de prix internationaux depuis son lancement en Janvier.

Il s’agit d’une simple carte qui renferme toutes les informations nécessaires pour la prise en charge de toute personne. En plus des informations basiques (nom, adresse, groupe sanguin…), ce passeport numérique pourra contenir des données sur l’état de santé de la personne (toutes ses analyses, ses radios…).

L’autre objectif d’InnovSanté c’est de digitaliser les hôpitaux et de les connecter sur cette même plateforme non seulement entre eux mais aussi avec tous les intervenants autour du patient (pharmacies, IDE à domicile, kinésithérapeutes, personnes de confiance…) afin que toutes les informations d’un patient soient immédiatement accessibles aux professionnels de santé.

« On voit que l’hôpital publique est vraiment en retard, et on veut le mettre à niveau ainsi que le système de santé français » affirme Adnan El Bakri.

Cet interne espère développer de multiples autres applications. L’ambition est qu’à partir de cette petite carte, la start-up devienne une très grande entreprise.

D’ailleurs, le projet a été présenté par Adnan El Bakri au premier ministre libanais au mois de mai et est en cours de déploiement, et récemment, un contact a été pris avec la Tunisie. « Le passeport peut être utilisé comme une carte vitale pour des pays qui n’ont pas de système de santé souverain, comme base pour établir une organisation numérique » a t-il expliqué.

Il s’apprête à lancer prochainement une chaine de sécurité sociale numérique internationale pour les pays en voie de développement utilisant la technologie de la Blockchain où les patients vont pouvoir choisir de participer anonymement à la recherche scientifique. Toutes les données seront hébergées sur un serveur crypté et ultra sécurisé en France, certifié par le ministère de la santé. Il s’agit pourquoi pas du début d’un premier vrai projet de big data français face aux géants Google et IBM…

Partages 0

Laissez un commentaire