Manoeuvre de Sellick: technique, points forts et points faibles

2225

La manœuvre de Sellick est définie par une sorte de pression exercée sur le cartilage cricoïde afin de comprimer l’œsophage contre la C6. Le but de cette manœuvre est d’éviter tout risque de régurgitation ou de ré-inhalation gastrique intempestive en obstruant l’œsophage.

Description de la technique

  • Le patient doit être placé en décubitus dorsal (sauf si patient obèse, il doit être maintenu en position proclive)
  • Sa tête doit être surélevée de 8 à 10 cm par rapport aux épaules et en hyper-extension: position amendée de Jackson qui fait que les axes de la bouche, du pharynx et du larynx soient alignés.
  • La pression est exercée par les trois premiers doigts de la main d’un autre opérateur (pas celui qui intube).
  • Le médius et le pouce doivent maintenir le cartilage cricoïde sur la ligne médiane. Quant à l’index, il se charge d’exercer une pression perpendiculaire à l’axe du rachis cervical.
  • Il faut exercer cet appui dès la perte de conscience jusqu’au gonflage du ballonnet et la vérification de la bonne position de la sonde d’intubation.

Pression d’application

En 1961, Sellick affirmait que la force d’appui doit être ferme. Au fait, il existe une méthode très efficace pour mémoriser et ressentir la force qu’il faut appliquer: C’est le modèle  de Ruth et Griffith. Ils proposent une méthode simple pour s’entraîner, en utilisant une seringue de 50 mL obturée à son extrémité. Avec le piston à la graduation 50 mL, exercer une dépression de:

  • 12 mL (piston à 38 mL)= 20 N
  • 17 mL (piston à 33 mL)= 30 N
  • 20 mL (piston à 30 mL)= 40 N

Pratiquement, jusqu’à la perte de la conscience, exercez une pression de 10 à 20 N. Dès la perte de la conscience jusqu’à la vérification de la position de la sonde d’intubation, la pression doit être égale à 30 N. En cas de survenue de régurgitation, il faut intensifier la force d’appui jusqu’au 40 N.

Points faibles de la manœuvre

  • En cas où la pression exercée n’est pas médiane, il y a un risque de déviation trachéale;
  • Une pression d’appui très forte peut mener à un aplatissement de la lumière trachéale;
  • Si l’opérateur applique la manœuvre avant que le patient perd conscience, le patient peut alors tousser d’où augmentation de la pression intra-gastrique;
  • Cette méthode est strictement contre indiquée chez les patients souffrant de vomissements actifs.

Laissez un commentaire