Quels sont les produits sans effet lors de l’anesthésie d’un transplanté cardiaque?

253

L’anesthésie d’un patient transplanté présente un tas de particularités. Ce patient présente un risque très élevé de développer des arythmies sus et sous-jonctionnelles, vu son hypersensibilité au potassium. On peut également assister, lors de l’anesthésie d’un transplanté cardiaque à une dysfonction diastolique (en général, fonction systolique satisfaisante), une coronaropathie silencieuse fréquente, une hypertension artérielle, une dysfonction hépatique et rénale, ainsi qu’un risque infectieux élevé.

D’autre part, il faut noter qu’un cœur transplanté est dénervé. Par conséquent, il ne réagit pas aux stimulations sympathiques et parasympathiques centrales.

De ce fait, le débit cardiaque dépend dans ce cas de:

  • La précharge (loi de starling)
  • La postcharge (dans la mesure où la fonction ventriculaire est abaissée)
  • Les catécholamines

Les stimulants sympathiques indirects comme l’atropine, glycopyrolate et l’éphédrine n’ont aucun effet sur un cœur transplanté. Par contre, les stimulant directs (adrénaline, noradlénaline, dobutamine et mirilone) fonctionnent d’une façon normale.

Comme on l’a déjà souligné plus haut, chez ce type de patients, la conduite à tenir anesthésique présente plusieurs particularités. Il faut veiller à:
– maintenir l’immunosuppression
– une substitution stéroïdienne (hydrocortisone)
– une asepsie rigoureuse
– éviter toute vasodilatation (artérielle ou veineuse)
– maintenir la précharge

Laissez un commentaire