Pupillométrie: nouvelle technique pour prédire les nausées et vomissements postopératoires

386

Les nausées et vomissements postopératoires (NVPO) sont les complications les plus redoutées et fréquentes après une chirurgie. La SFAR estime qu’environ 30% des patients opérés sont sujets à des NVPO. Ce problème peut également allonger la durée de séjour à l’hôpital.

La pupillométrie est une technique très fiable qui permet d’identifier les patients atteints de NVPO. « La pupillométrie a été longtemps utilisée pour prédire la gravité de la douleur peropératoire et postopératoire, et de déterminer la dose convenable d’opioïdes» a souligné Simon Lee, MD, de l’Université Emory Hospital Midtown, à Atlanta.

Une étude qui a été publiée dans la revue Anesthesia & Analgesia, a évalué la réponse pupillaire à un stimulus lumineux, avant une procédure nociceptive. Une méthode qui sert à tester le contrôle de la douleur tout au long de la procédure. Les résultats de cette étude ont révélé que chez les patients qui ont été incapables de communiquer, la variation de la taille de la pupille peut guider le personnel soignant à ajuster l’analgésie avant la procédure.

En se basant sur cette étude, le Dr Lee et ses collaborateurs ont cherché à déterminer s’il est possible d’aller plus loin et d’utiliser le pupillomètre pour prédire l’occurence des nausées chez un patient. Pour ceci, ils ont étudié 47 cas de patients, âges de 18 ans ou plus, qui ont subi une chirurgie élective sous anesthésie générale à l’hôpital Emory University Midtown. Les cas choisis ne présentent pas de problèmes oculaires préexistants.

Un pupillomètre à infrarouge (Neuroptics) a été utilisé pour évaluer la vitesse d’étranglement moyenne, la vitesse de striction maximale et la taille de la pupille. Chaque patient a été chargé de se concentrer sur un « objet distant » pendant cinq secondes, et le diamètre de la pupille a été mesurée en réponse à un stimulus lumineux.

Les mesures de pupillaires ont été réalisées tout au long des périodes pré-opératoire, peropératoire et post-opératoires. Les patients ont été ensuite interrogés sur les symptômes de nausées postopératoires à 15 et 60 minutes après l’admission à l’unité des soins postopératoires(USPO).

« Nous avons finalement trouvé que la vitesse de constriction à 15 minutes est un très bon marqueur pour prédire les nausées et les vomissements, » a noté Eric Yang, un étudiant en deuxième année médecine à la faculté de Chicago, lors d’une présentation à la New York State Society of Anesthesiologists PostGraduate Assembly en 2015.

« Le degré élevé de sensibilité et de spécificité que prédit l’évaluation pupillométrique était vraiment surprenant », a signalé le Dr Lee. Les courbes obtenues révèlent également que l’âge du patient, les opioïdes utilisés en postopératoires et la durée de la chirurgie, sont des facteurs prédicteurs des NVPO.

Le Dr Lee a ajouté que si leurs données ne sont pas assez probantes pour changer la pratique courante, l’évaluation des pupillométrie pourrait se révéler être un outil très utile pour  guider et orienter l’administration des médicaments afin de prévenir les NVPO.

« On éspère bien que que ça nous aidera à mieux préparation du patient pour un rétablissement et une récupération précoce, plutôt que de traiter simplement les symptômes de l’anesthésie », a déclaré le Dr Lee.

Laissez un commentaire