Une nuit aux urgences

1080

C’était ma deuxième garde en tant que stagiaire. Au début de la nuit, vers 9 pm, j’ai reçu une adolescente adoptée qui est venue pour des douleurs abdominales. Puis, j’ai vu une vieille femme qui souffrait de nausées et de vomissements. Il s’est avéré qu’elle avait une occlusion intestinale.

Pour être honnête, le reste de la nuit, je me suis senti à moitié confus jusqu’à ce que j’ai reçu un étudiant qui est venu pour une plaie profonde au niveau du front. Le médecin traitant m’a demandé si j’ai déjà suturé une plaie pareille. Une occasion à jamais, j’ai souri et j’ai crié « oui, bien sûr ».

« Il est 5 am, deux heures encore et je serai libre. Je crois que j’ai assez du temps pour pouvoir fermer cette maudite plaie. Ça prendra en tout une demi-heure ». J’ai préparé tout le matériel dont j’aurais besoin. Et comme j’ai commencé par enfiler des gants stériles, j’ai réalisé que l’infirmière a oublié de me donner un champs stérile pour couvrir le reste du visage de l’étudiant. Utilisant mon coude « non stérile », Je sonne l’infirmière. Etant occupée, celle-ci met 10 minutes à venir. Elle me tend le champ stérile, me jette un coup d’œil perplexe et quitte le box.

En commençant, je me suis rappelé qu’il existe deux différentes techniques pour refermer une plaie. A ce stade, le patient est devenu un peu inquiet car l’horloge murale indiquait 6 am. Quant à moi, j’ai commencé à transpirer, j’étais énervé en pensant que je vais rater l’affaire. Après, j’ai suivi mon instinct. J’ai commencé par le premier point. Le patient se tassait. Fort probable, à ce moment là, la durée d’action du produit anesthésique touchait à sa fin ou j’en n’ai pas mis suffisamment.

j’ai effectué deux points de suture, quand quatre amis super-odieux du patient ont décidé de venir le voir. Je lui ai appliqué encore de l’anesthésique local et j’ai continué à suturer. Je leur ai demandé poliment de se reposer dans la salle d’attente le temps que je finisse. Ils étaient ivres et ne comprenaient pas que j’avais l’air sérieux. J’ai posé le fil de suture et je leur ai demandé encore une fois, avec un ton plus sévère, de quitter la chambre.

Vers 6h45 am, quand j’ai commencé à mettre mon dernier point de suture, le médecin traitant était là. Heureusement, il n’a pas su que ça m’a pris deux heures pour suturer la plaie, qui aurait lui pris seulement cinq minutes. Il m’a dit que je peux me préparer pour rentrer chez moi. J’ai regardé ma montre, il est presque 8 am. Juste une autre nuit aux urgences..

 

Laissez un commentaire