L’endométriose: l’une des causes des règles douloureuses

383

L’endométriose est une maladie qui reste jusqu’à l’heure actuelle mal connue. Règles douloureuses, infertilité, saignement, fatigue intense… l’endométriose touche environ une femme sur dix. en dépit de la douleur atroce qu’elle engendre, cette maladie reste taboue vu qu’elle concerne la sexualité.

L’appareil génital féminin est formé du vagin, utérus, deux trompes qui mènent aux ovaires.

Règles douloureuses

Au cours du cycle mensuel, l’endomètre (une couche cellulaire qui tapisse l’utérus) s’épaissit pour préparer l’utérus à la nidation en cas d’une fécondation. Au fait, les cellules endométriales sont très sensibles aux hormones ovariennes. Les œstrogènes favorisent la prolifération de ces cellules, tandis que le progestérone assure la nidation. En l’absence d’une éventuelle fécondation, la couche superficielle de l’endomètre se désintègre alors et saigne: ce sont les règles.

Ce mélange de sang et cellules de la muqueuse utérine s’évacue normalement à travers le vagin. Tandis que, chez 90% des femmes environ, se produit un reflux. Une petite quantité de ce mélange passe dans les trompes et les ovaires. Normalement, au bout de quelque temps, ces cellules et ce sang seront éliminés. Cependant, chez les femmes atteintes de l’endométriose, l’élimination ne se réalise pas. Ceci provoque le développement d’un tissu semblable au tissu endométrial, en dehors de l’utérus ce qui entraîne l’apparition de lésions, des kystes ovariens et des adhérences au niveau des organes envahis. cette colonisation se fait principalement au niveau des autres organes de l’appareil génital mais peut se produire également au niveau de l’appareil urinaire, l’appareil digestif et très rarement au niveau des poumons.

endométriose

Tout comme l’endomètre, Ce tissu très sensible aux hormones ovariennes, est capable de produire des réactions inflammatoires notamment au cours de la période des règles d’où l’apparition de douleurs. Après un certain temps, ces lésions se désagrègent et laissent place à des cicatrices insensibles aux hormones. Ces cicatrices sont capables d’évoluer et peuvent former des nodules en s’accumulant entraînant alors des crises de douleurs.

Les signes de l’endométriose

L’endométriose est une maladie très fatigante qui présente même un handicap dans la vie d’une femme. Les symptômes les plus courants sont:

  • règles douloureuses
  • dyspareunie (douleurs lors du rapport sexuel)
  • douleurs pelviennes
  • défécation douloureuse
  • douleurs lors de la miction
  • douleurs lombaires pouvant irradier jusqu’aux jambes

Par contre, la maladie peut être aussi asymptomatique et diagnostiquée de manière fortuite lorsque la patiente consulte pour un problème de conception.

C’est quoi le traitement de l’endométriose?

Pour traiter cette maladie, on a recours souvent au traitement hormonal. Les médicaments administrés font baisser la sécrétion de l’œstrogène, ce qui provoque alors une aménorrhée iatrogène (d’origine médicamenteuse) afin de freiner le saignement des lésions.

Le diagnostic de l’endométriose est toujours tardif. Le temps d’errance médicale est estimé de sept à neuf ans. Dans ce cas, le chirurgien ne peut que traiter les conséquences: suppression de kystes et de lésions. Afin de pallier ce retard de diagnostic, la chirurgie a apporté son lot d’innovation! De nouvelles techniques d’interventions  ont été alors mises en évidence: destruction partielle du kyste en le brûlant pas le moyen du laser ou de l’énergie plasma. Une étude comparative entre ces deux techniques a révélé que le taux de récidive est presque le même dans les deux cas, mais avec le laser la fertilité reste mieux préservée.

Laissez un commentaire