Découvrez les nouvelles définitions de la septicémie et du choc septique

2306

De nouveaux critères cliniques et de nouvelles définitions pour la septicémie et le choc septique ont été déterminés avant hier, le 22 février, à la SCCM (Society of Critical Care Medicine’s), au cours du 45 ème congrès des soins intensifs en Orlando. Ces mises à jour devraient faciliter la reconnaissance précoce et la prise en charge rapide des patients qui souffrent déjà d’une septicémie ou qui sont à risque de développer une septicémie.

La septicémie est un syndrome physiopathologique induit par une infection, qui implique des anomalies biochimiques. Le choc septique est une baisse importante de la tension atrérielle aprè une septicémie. « Ces définitions ont été révisées pour la dernière fois en 2001«  a expliqué Clifford S. Deutschman, MS, MD, FCCM, de la Hofstra-Northwell School of Medicine, l’Institut de recherche médicale Feinstein à Manhasset, NY, qui était parmi les membres du comité décrivant les nouveaux critères au cours de la réunion.

« Depuis 2001, des progrès considérables ont été réalisés en physiopathologie, et en épidémiologie de la septicémie, suggérant ainsi le besoin d’une re-examination » a noté Dr. Deutschman. En Janvier 2014, un groupe de travail possédant une expertise au sujet de la septicémie physiopathologique, les essais cliniques et l’épidémiologie, a été convoqué par la SCCM et La Société Européenne de Médecine des Soins Intensifs afin d’évaluer et actualiser les défintions de la septicémie et le choc septique.

La comité a recommandé que la septicémie doit être définie comme suit: « Un dysfonctionnement d’organes qui met en jeu le pronostic vital, causé par une dérégulation de la réponse de l’hôte à une infection« . De plus, le Dr. Deutschman a dit que le mot « septicémie sévère » n’aurait aucun sens.

La comité recommande les critères suivants pour aider à identifier rapidement un individu qui est susceptible de de développer une septicémie. Ce test d’évaluation clinique peut être fait au chevet ce qui en fait un outil utile pour tout praticien.

En dehors de l’hôpital ou des urgences, les patients adultes atteints de suspicion d’infection peuvent être rapidement identifiés comme étant plus susceptibles d’avoir de mauvais résultats typiques d’une septicémie si elles présentent au moins deux des critères cliniques suivants:

1. Fréquence respiratoire supérieure à 22 cycles par minutes ou plus;
2. activité mental altéré;
3. Pression systolique de 100 mmHg ou moins.

Ce nouveau score clinique est appelé séquence rapide d’évaluation de l’insuffisance organique (quick Sequential Organ Failure Assessment ou qSOFA). Le choc septique doit être défini comme un sous-ensemble de la septicémie, dans lequel le problème circulatoire est particulièrement profond, des anomalies cellulaires et métaboliques sont associées à un risque plus élevé de décès que par la septicémie seule.

Les critères de choc septique incluent la nécessité de recours aux vasopresseurs pour maintenir la pression artérielle moyenne à 65 mm Hg ou plus, un niveau de lactate sérique supérieur à 2 mmol / L, même après la réanimation liquidienne, explique Manu Shankar-Hari, MSc, MD, FFICM, du king College de Londres, au Royaume-Uni.

Dr. Deutschman a déclaré que le développement de cette définition ainsi que les critères n’a pas été facile, parce que, malgré tout ce qu’on sait à propos de la septicémie, en fait on sait très peu. Edward Abraham, MD, de Wake Forest School of Medicine à Winston-Salem, Caroline du Nord, a réitéré ce sentiment: « Bien que la présente définition de la septicémie fournisse l’évolution nécessaire de la catégorisation de ce syndrome, l’incorporation de plus d’informations sur la caractérisation moléculaire et cellulaire de la septicémie aurait pu être utile, « écrit-il dans un éditorial d’accompagnement.

« Nous espérons que la prochaine itération de ce processus de consensus tirera pleins d’avantages de la rapidité de l’évolution de la compréhension des processus moléculaires  qui conduisent de l’infection à l’insuffisance organique et à la mort, de sorte que la septicémie et le choc septique ne auront plus besoin d’être définie comme un syndrome, mais plutôt en tant de groupe de maladies identifiables, chacune caractérisée par des altérations cellulaires spécifiques et des biomarqueurs liés. Cette évolution sera nécessaire bien évidemment pour transformer les soins pour les millions de patients dans le monde qui développent ces conditions mortelles « , a t-il dit.

La septicémie est un problème majeur de santé publique, comptant plus de $20 milliard (5.2%) du total des coûts hospitaliers américains en 2011. L’incidence rapportée est en augmentation.

Bien que l’incidence réelle de la septicémie soit inconnue, des estimations indiquent que cette affection est une cause majeure de décès et de maladies graves dans le monde entier. En outre, les patients qui survivent à une septicémie ont souvent des handicaps physiques, psychologiques et cognitifs à long terme exigeant des soins sanitaires importants et des implications sociales.

 Source: Anesthesiology News

Partages 0

Laissez un commentaire