Les smartphones sont-ils les bienvenus au bloc opératoire?

2020

A ce qu’il parait, les téléphones portables sont devenus un « must have », un outil dont on peut pas se lasser même en plein boulot! Mais que dire des professionnels de santé qui exercent une profession de haut niveau de responsabilité?

Aujourd’hui, les smartphones sont omniprésents dans les hôpitaux, et s’invitent même au bloc opératoire. D’ailleurs, selon Medscape, un nombre non négligeable de professionnels de santé, d’anesthésistes et de chirurgiens, utiliserait de manière abusive les téléphones portables. « Tout le monde a le portable au bloc et tout le monde l’utilise. Cela commence à devenir un problème » affirme un professeur parisien en cancérologie auprès du journal Le Quotidien.  Selon Le Spécialiste, dans les hôpitaux « ça ne téléphone pas à haute voix mais ça pianote à tout-va » et pour « des raisons qui n’ont rien à voir avec la médecine. »

D’après une étude, 66% des chirurgiens utiliseraient leurs smartphones à l’hôpital, y compris la salle d’opération. Une autre présentée lors d’un congrès d’anesthésiologie a révélé que dans 54% des cas, les infirmières et les internes, même sous surveillance, se distrayaient par autre chose (surf sur le Net) que par les soins apportés aux patients. Si on peut dire que les smartphones peuvent être utiles (chercher des informations sur un médicament ou une pathologie), plusieurs voix comment à s’élever contre cette pratique.

Des dérives parfois mortelles

Facebook, jeux, Twitter, les moyens de distraction sont infinis et les conséquences sont souvent dramatiques.

Au Texas en 2011, une femme de 61 ans a été ainsi décédée à cause de l’inattention de l’anesthésiste qui a été trop occupé par son smartphone. « Il semble qu’il a oublié que cinq minutes est une éternité en médecine: le cerveau peut mourir en quelques minutes dès qu’il n’a plus d’oxygène » réclamait le journal Pacific Standard.

Dernièrement, le cas d’une jordanienne chez laquelle une radiographie a montré l’existence d’un smartphone dans l’abdomen lors de la césarienne qu’elle avait subi quelques jours plus tôt, a été relaté. Une improbable vibration émanant du ventre de la patiente qui l’avait conduit à consulter!

Des microbes à foison sur les smartphones!

Outre les accidents qui surviennent par manque d’attention, d’autres études pointent le doigts sur le risque infectieux lié aux téléphones portables qui constitue évidemment une autre source de risque pesante. Selon un article de l’Express paru en 2010, les téléphones portables sont truffés de bactéries 500 fois plus qu’un siège de toilettes! Vous imaginez? Il n’est pas donc difficile d’imaginer que leur usage en salle d’opération peut entraîner des complications désastreuses.

Laissez un commentaire