Voilà ce que vous risquez lorsque vous portez des escarpins!

440

La douleur des pieds est un phénomène très répandu qui touche une proportion non négligeable de la population. Ce problème de santé publique est parfois dû au port inapproprié des escarpins.

Sans arriver aux vertigineux stilettos avec des talons aiguilles dont la hauteur dépasse les 10 cm, connus pour l’anomalie physiologique soulignée par les podologues, l’escarpin classique est déjà trop haut et étroit pour la structure du pied.

Plus on met un talon élevé, plus le corps se bascule en avant et ne se répartit plus de façon équitable entre l’avant pied, le talon et la voûte plantaire. Ceci va entraîner bien entendu le durillon et l’instabilité d’orteils. Au fait, les orteils seront toujours en position d’extension ce qui va mettre en souffrance la capsule et l’articulation, ce qui va créer des douleurs.

A long terme, le port des talons favorisera la rétraction des muscles du mollet et du tendon d’Achille, ce qui va ouvrir la porte aux tendinites lors du port des ballerines ou des chaussures plus plats.

Porter des escarpins vous fait marcher sur les pointes des pieds. D’ailleurs, les adeptes des talons gardent cette façon de marcher même quand ils ont les pieds nus, à cause du raccourcissement de leurs tendons d’Achille.

Le port d’escarpins, affecte également la structure du dos. Cette courbure accentuée favorise à la fois l’antéversion du bassin et la cambrure du dos, ce qui donne place à des dorsalgies (douleurs dorsales). En fait, il existe une lordose (ou le creux du dos), qui est physiologique, mais qui va être augmentée, d’ou une hyperlordose.

Pire encore, la compression des pieds peut détériorer les nerfs. En effet, les escarpins mettent en valeur le galbe des jambes, mais peuvent déclencher le Névrome de Morton.

À force d’être comprimés, les nerfs situés entre les orteils (entre les métatarsien) se déforment et s’épaississent. C’est le névrome de Morton.

Partages 0

Laissez un commentaire