Morphine-Kétamine: font-elles bonne affaire en postopératoire?

4042

Que vous soyez élève IADE ou médecin anesthésiste, la prise en charge de  la douleur postopératoire demeure votre responsabilité! On vous propose dans cet article une étude, publiée dans « Canadian Journal of Anaesthesia » et qui a été effectuée pour un seul et unique but: Offrir une meilleure analgésie au patients en postopératoire. Dans ce contexte, on a étudié l’effet analgésique de la morphine et de la kétamine.

Une piqûre de rappel qui fera du bien: La kétamine est une drogue fantastique polyvalente utilisée en médecine d’urgence.

C’est un anesthésique dissociatif qui génère un sentiment de détachement de l’esprit et du corps. Elle fait en sorte que le cerveau ne reçoit plus les messages nerveux de la douleur.

Cette étude a été menée pour comparer l’effet de la kétamine associée à la morphine  avec la morphine seule,  dans le but d’alléger la douleur postopératoire. Pour ceci, on a administré par voie intraveineuse à 42 patients ASA 1 et 2, allant subir une microdiscoïdectomie, 1mg/ml de morphine (n = 10) ou 1 mg/ml de morphine et de kétamine à la fois (n = 22). Le soulagement et les effets indésirables ont été évalués 24 h après l’opération.

Les résultats de cette étude ont révélé que la moyenne de la valeur déterminée sur une échelle visuelle analogique (EVA) pour les patients qui ont reçu à la fois la morphine et la kétamine, était significativement inférieure à celle trouvée chez les sujets qui n’ont reçu que la morphine. Raison de plus, les patients mis sous morphine-kétamine étaient moins exposés aux effets indésirables connus tels que nausées, vomissement, prurit et rétention urinaire.

Quant à la dysphorie (effet secondaire connu de la kétamine) elle n’a été que rarement rapportée dans les deux échantillons.

seringue_rousse

Pour conclure, plusieurs autres études menées dans le même sens ont également souligné que la kétamine avec la morphine font bonne affaire. Elles atténuent la douleur postopératoire de la douleur tout en épargnant les doses et avec moins d’effets indésirables que la morphine seule. Autrement dit, la kétamine potentialise l’action antinociceptive de la morphine et réduit l’apparition des phénomènes de tolérance.

Laissez un commentaire