L’autre face de l’éphédrine

1518

 

L’éphédrine est une amine sympathicomimétique fréquemment utilisée au bloc opératoire pour anticiper l’effet hypotensif de la rachianesthésie.

Featured image

Bien entendu, cette substance est connue sous plusieurs nominations à savoir: Adrénaline végétale, Arbre de Noël, Beauté Noire, Croix Blanche, Herbal ecstasy, vert et clairs, queue de cheval

L’éphédrine et la pseudoéphédrine sont des alcaloïdes sympathomimétiques, qui ont une action stimulatrice directe sur le système nerveux végétatif et le système nerveux central. Ces substances ont une action α et β agoniste et agissent en stimulant la libération des catécholamines endogènes (noradrénaline, adrénaline, dopamine) au niveau des fibres sympathiques post-ganglionnaires.

Les récepteurs α et β sympathiques sont des récepteurs membranaires sensibles aux catécholamines et sont situés dans la plupart des cellules du corps humain y compris au niveau du cœur, des poumons et des vaisseaux sanguins.

De plus, l’éphédrine est un agoniste indirect des récepteurs adrénergiques, vu qu’elle accroit la biodisponibilité et l’action de la noradrénaline au niveau cérébral et cardiaque.

Pour aller un peu plus loin, L’éphédrine est utilisée pas les sportifs dans le but de stimuler le système nerveux central, augmenter la confiance en soi, atténuer la fatigue. Elle est utilisée dans des sports comme l’athlétisme, la boxe, le football, le rugby.

Depuis des années, l’éphédrine est présentée comme stimulateur de la perte de poids. En revanche, au vu des nombreux effets indésirables rapportés, la FDA (Food and Drug Administration) a suggéré des recommandations d’utilisation et de vente de ces compléments alimentaires : la dose maximale par prise  8 mg et la dose maximale quotidienne à 24 mg. Sans oublier la mise en garde sur l’utilisation prolongée ou concomitante avec de la caféine.

Il faut mettre dans la tête que l’éphédrine ne doit pas être administrée à des patients sous traitement antidépresseur par IMAO ou ayant arrêté leur traitement durant les 15 derniers jours, étant donnée que leur association peut causer des hypertensions mortelles. Egalement, les médicaments à base d’éphédrine sont contre-indiqués en cas de glaucome à angle fermé, d’insuffisance coronarienne, d’hypertension artérielle, d’insuffisance rénale, d’arythmies et chez les patients qui étaient victimes d’accidents vasculaires cérébraux.

Etudes scientifiques :

Dans les années 2000, un étudiant, apparemment en bonne santé a décédé après avoir consommé une boisson énergétique contenant de l’éphédrine. Ceci a été démontré par l’autopsie qui a révélé une nécrose myocardique liée à la toxicité de l’éphédrine. Les concentrations sanguines et urinaires ont montré que la mort n’a pas été provoqué par un empoisonnement aigu dû à un surdosage mais qu’il est le résultat d’une consommation régulière et prolongée [1].

Bien évidemment, plusieurs autres cas de décès ont été rapportés [2] :

  • chez un sujet souffrant une vasculopathie cérébrale, l’éphédrine a déclenché une hémorragie intracrânienne ;
  • Un sujet de 44 ans qui remplaçait ses doses de café et de chocolat quotidiennes par de l’éphédrine, a été victime d’un un arrêt cardiovasculaire et l’autopsie mettait en relief un thrombus profond de l’artère coronaire antérieure gauche.

Références :

[1] Power ME. Ephedra and Its Application to Sport Performance: Another Concern for the Athletic Trainer? J Athl Train 2001 Oct;36(4):420-424.

[2] Shekelle P, Hardy ML. Ephedra and ephedrine for weight loss and athletic performance enhancement: clinical efficacy and side effects. Evid Rep Technol Assess (Summ). 2003 Mar;(76):1-4.

Partages 0

Laissez un commentaire