Chirurgie et hypnose, quand en bénéficier ?

283

 

En anesthésie, l’hypnose est utilisée, en association avec les médicaments habituels, dans le traitement de l’anxiété et de la douleur. Elle est principalement indiquée afin de réduire les doses des sédatifs et des antalgiques lors d’une anesthésie, vaincre plus efficacement la douleur et faire face à certaines phobies liées au milieu hospitalier « effet blouse blanche ».

hqdefault (1)

Quand en bénéficier ?

L’hypnose médicale a pour but d’induire un état de conscience modifié. Cet état n’a rien de merveilleux. Il présente une disposition naturelle du cerveau. Lors d’une intervention chirurgicale, l’hypnose vise à compléter l’anesthésie et à améliorer le confort du patient dans les différentes phases de la chirurgie.

648x415_illustration-operation-sous-hypnose

Elle remplace particulièrement l’anesthésie générale lorsqu’elle peut être combinée à une anesthésie locale. Cette méthode peut ainsi être indiquée si l’intervention est possible sous anesthésie locale et si le chirurgien est favorable à cette approche. L’hypnose est praticable, à titre d’exemple, lors d’endoscopies digestives ou pulmonaires, lors d’examens radiologiques ou cardiologiques ou lors des gestes médicaux à savoir les ponctions ou les changements de pansements. Pour un bon déroulement, l’hypnothérapeute utilise des mots bien choisis et permet au patient d’entrer dans un état d’hypnose.

Laissez un commentaire