L’embolie amniotique: Un accident chamboulant la joie d’une longue attente de 9 mois

770

 

C’est un accident dramatique peu répandu de la grossesse mais redoutable. Cette embolie survient au moment de l’accouchement par voie basse ou par césarienne. En France, les statiques prédisent que cet accident est incriminé dans 10 % des décès maternels.

C’est pratiquement le seul accident qui ne peut être ni prévenu ni prévu. En d’autres termes, aucun test fiable ne pourrait prévenir cette complication.

carac_photo_1

Pendant la grossesse, on sait tous que le fœtus baigne dans le liquide amniotique. Ce dernier, étant un liquide clair composé d’eau et de cellules fœtales, protège le futur bébé contre toute agression externe pouvant survenir et permet de maintenir la température stable.

Lors de l’accouchement, cette poche des eaux vas se rompre (perte des eaux) afin de faciliter le passage du bébé. Sans que l’on sache pourquoi, une partie de ce liquide pénètre dans les veines utérines et rejoint alors la circulation sanguine. A ce moment là, des cellules fœtales vont migrer vers les alvéoles pulmonaires (lieu d’échange des gaz du sang). Ces débris vont alors obturer les artérioles des poumons de la maman.

 Par conséquent, certaines zones du poumon ne sont plus irriguées et meurent. Du coup, la maman passe en détresse respiratoire aiguë. Des convulsions ainsi qu’une hémorragie brutale voire même un état de choc pourraient également survenir et pourraient même causer un arrêt cardiaque.

Prise en charge multidisciplinaire ( notamment anesthésique et obstétricale):

Le diagnostic doit être délicat car la symptomatologie est frustre et variée.

En fait, il faut y penser devant toute malaise péripartum. Le diagnostic biologique procure une importance primordiale: Cytologie du sang maternel (diagnostic de certitude), Biochimie du sang maternel, recherche de cellules amniotiques…

Il faut soigner d’urgence la détresse respiratoire, traiter le choc hypovolémique et l’hémorragie de la délivrance ainsi que les facteurs de coagulation

En cas de décès, une autopsie fera l’affaire et permettra de mettre en évidence les différentes substances provenant du liquide amniotique tels que des cheveux du fœtus ou des cellules de peau à l’intérieur de la circulation pulmonaire.

En cas où le bébé n’est pas encore venu au monde, une césarienne d’urgence est indiquée vu que le bébé est privé d’oxygène ce qui pourrais lui engendrer des séquelles neurologiques irréversibles.

Partages 0

Laissez un commentaire