Anesthésie pour chirurgie thyroïdienne

1199

La thyroïdectomie consiste en l’ablation plus ou moins importante de la glande thyroïde, glande endocrine (qui fabrique des hormones) située dans la partie antéro-inférieure et médiane du cou.

Indications chirugicales  de la Thyroïdectomie

  • Les goitres plongeants : le pôle inférieur de la thyroïde n’est pas palpable même lorsque la tête est en hyperextension (Risque de compression)
  • Hyperthyroïdies (maladie de Basedow, Echec du traitement médical , Adénome toxique ,  goitres multihétéronodulaires toxiques).
  • Les cancers thyroïdiens : Le carcinome médullaire : thyroïdectomie totale avec un curage jugulocarotidien bilatéral.
  • Les thyroïdites (Goitre compressif ou symptomatique)

La phase préopératoire:

  • Appréciation de la fonction thyroïdienne

l’hyperthyroïdie peut avoir un retentissement cardiovasculaire caractérisé par une tachycardie sinusale, une fibrillation auriculaire, une insuffisance cardiaque voire meme une angine de poitrine (angor) et d’autres signes notamment les sueurs,le tremblement, l’agitation etc..

Un bilan phosphocalcique s’impose systématiquement en cas d’hyperparathyroïdie ou phéochromocytome en cas de carcinome médullaire.

  • Appréciation de la filière aérienne

Dans ce cas, l’intubation peut être aussi difficile que prévu à cause d’une éventuelle déviation ou compression laryngé  ou trachéale.

Les signes classiques de compression sont La dyspnée, la  dysphagie et la dysphonie. La laryngoscopie  évalue l’intégrité  des cordes vocales.

En cas d’hyperthyroïdies ( Maladie de Basedow) ou d’Euthyroïdie, le malade devrait être mis sous antithyroïdiens de synthèse et Bêtabloquants tel que le propanolol (40 à 80 mg j) qui sont maintenus jusqu’à l’intervention.

En situation d’urgence, la préparation doit être rapide pendant 4 à 5 jours. Ainsi le malade reçoit les bêtabloquants (propanolol jusqu’à 120 mg/j ) et les corticoïdes à forte dose (dexaméthasone 8 mg/ j)

Phase peropératoire: Installation du patient

Dans ce type de chirurgie, il est difficile d’avoir un accès à la tête du patient . Donc pour cela, il faut une:

  • Fixation solide de la sonde d’intubation .
  • Protection oculaire minutieuse :pommade ophtalmique et occlusion des paupières
  • L’installation sur table expose au maximum la région cervicale. Tête en hyperextension en position strictement sagittale maintenue par un rond de tête et un bandeau adhésif.   Chez les patients arthrosiques(Attention la tête ne décolle  pas du plan de la table).
  • Les bras sont maintenus le long du corps alors que la table proclive d’environ 25° pour favoriser le drainage veineux de la glande thyroïde.
  • un prolongateur doit être mis en place afin de réaliser les injections en dehors des champs opératoires.
  • Une sonde gastrique est installée en cas de goitre plongeant endothoracique pour repérer plus aisément l’œsophage.

hypnoe_2026563

Technique anesthésique

  • Anesthésie générale avec intubation trachéale et ventilation contrôlée
  • Curares non systématiques
  • Entretien : Propofol ou halogénés
  • Morphiniques
  • Chirurgie peu réflexogène.

Phase postopératoire

  • Les suites sont simples
  • Extubation rapide permettant un contrôle en laryngoscopie directe de la mobilité des cordes vocales avant le réveil total du patient.
  • Douleur postopératoire modérée, et de courte durée (entre 12 et 24 heures). Les analgésiques indiqués sont les anti inflammatoires non stéroïdiens et le paracétamol.

Complications postopératoires

Hématome de la loge thyroïdienne: Compression et risque d’Asphyxie

– Paralysie des nerfs récurrents: Dysphonie , détresse respiratoire,Fausses routes

-Hypocalcémie Hypoparathyroïdie: En fait les parathyroïdes sont des glandes au nombre de quatre qui peuvent être touchées en cas de chirurgie de la thyroïde. Pour cela, après chaque thyroïdectomie, une vérification du taux du calcium sanguin est systématique.

– Crise thyrotoxique : Fiévre majeure, Coma , Insuffisance cardiaque , Tachycardie. Une réhydratation, une assistance respiratoire ainsi qu’une médication avec des antithyroïdiens de synthèse, B-bloquants feront l’affaire.

– Hypothyroïdie

Risque d’intubation difficile : Déviation ou compression laryngé  ou trachéale

Signes classiques de compression : La dyspnée, la  dysphagie et la dysphonie (La aryngoscopie  évalue l’intégrité  des CV)

Laissez un commentaire